Odile de Hohenbourg

Adalric, ou Etichon, fut duc d’Alsace sous le roi Dagobert II. Sur les ruines de la fortification romaine Altitona, il fit consruire un château. Suivant la légende, son premier enfant fut une fille, Odile, qui naquit aveugle. Afin de protéger Odile contre la fureur du père, qui désirait un fils, la mère mit l’enfant sous la garde de la nourrice. Odile grandit au monastère de Palma à Baume-les-Dames, près de Besançon. À l’âge de douze ans, elle fut baptisée par l’évêque de Regensburg. Le baptême lui rendit la vue d’une façon miraculeuse. Elle reçut le nom Odile, fille de la lumière. On dit que par ses prières instantes, elle atteignit finalement la libération de l’âme de son père cruel du purgatoire.

Il est prouvé historiquement que Adalric légua à sa fille Odile le château de Hohenbourg, où celle-ci fonda un couvent entre 680 et 690. L’abbaye actuelle repose sur le soubassement de cet édifice. Après la mort d’Odile, le 13 décembre 720, son corps fut gardé dans un sarcophage, où ses reliques sont conservées jusqu’á nos jours ; seulement un bras de la Sainte se trouve à Prague. Le sarcophage se trouve aujourd’hui dans une chapelle au monastère. Au 10ème siècle déjà, le culte rendu à Sainte Odile fut authentifié à Cologne.

Mais même au dehors des frontières de l’empire germanique de cet époque le culte eut beaucoup de succès. Au 12ème siècle il s’étenda jusqu’à l’Italie du Nord. Retenu par la Réformation, la vénération de Sainte Odile retrouva son importance seulement à la fin du 16ème siècle. Jusqu’à nos jours, des lieux de pèlerinage en Allemagne (en Bade et en Bavière) en témoignent par des élément dans leurs noms, comme par exemple «Ottilien-» ou «Odilien-». En ce qui concerne la vénération de la Sainte, même aujourd'hui sa piété et sa bonté sont particulièrement évoquées. En plus, des guérisons sont attribuées aux prières de la religieuse. Notamment ceux souffrant des maladies des yeux invoquaient et invoquent la patronne des malades des yeux et des aveugles, de même que ceux qui, au sens figuré, se trouvaient dans l’obscurité et qui aspiraient à la lumière l’invoquent.

La plupart du temps les particularités avec lesquelles la Sainte est représentée sont les habits que portent les bénédictines ou augustines, la crosse d’abbesse, l’Écriture sainte ouverte et notamment l’œil. Comme l’Alsace fut la région natale de Sainte Odile, elle est patronne de cette région. À côté de cet aspect régional la politique joue aussi un rôle. Par l’annexion de l’Alsace à l’Empire allemand en 1871 et puis par la perte dont la France souffrait, Odile est aussi symbole de «la province perdue». Le 6 juin 1946, le pape Pie XXII proclama Sainte Odile patronne de l’Alsace.

Des missionaires répandirent la vénération d’Odlie à plusieurs pays de l’Afrique noire, au Madagascar et en Asie. Jusqu’à nos jours, beaucoup d’hôpitaux et d’établissements réligieux portent le nom de la Sainte et se mettent ainsi sous sa protection.

Odile de Hohenbourg

Odile de Hohenbourg